Pet Shop Boys in Paris
Bonjour et bienvenue sur le nouveau forum Francophone des fans des Pet Shop Boys !
Plus beau, plus simple et plus d'options pour le grand bonheur de tous...
Pascal.



♥ FORUM FRANCOPHONE DES PET SHOP BOYS ♥
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La cote des disques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cubitainer
Pilote
Pilote
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : France

MessageSujet: La cote des disques   Jeu 2 Juil - 8:30

Voici un article que je poste en entier ci-dessous, et que j'ai trouvé là :
http://www.tsugi.fr/magazines/2015/06/20/comment-internet-revigore-disque-occasion-10560

Morose, le marché du disque? Certainement pas du côté du disque d’occasion, qui lui est en grande forme. À l’heure de discogs market, aperçu d’un milieu dont les acteurs et les codes ont été profondément reconfigurés par internet.

Régulièrement relayée dans les médias, la liste des disques les plus chèrement acquis sur Discogs intrigue et sidère tous les mois. Récemment, un coffret CD de Coil s’est vendu à 3 130 euros, un pressage promo australien d’un single des Sex Pistols et une édition limi- tée du dernier Aphex Twin à près de 1 000 euros chacun. Plus spécifiques, un magnifique album de psyché-folk chrétien américain est parti à 2200 euros et une pépite jazz-pop sud-africaine à 850 euros. Plus inexplicable, un déséquilibré a acquis pour 750 euros un CD single plutôt atroce de l’actrice Patsy Kensit produit par les Pet Shop Boys. Quant au plus grand hold-up commis sur Discogs, il date de 2011, quand l’unique (et dérisoire) single du groupe disco Mistafide a été cédé à 3 500 euros.

La loi du marché

Même s’ils ne recensent que des excès isolés, ces clas- sements mensuels sont la partie émergente d’une spé- culation bien rodée qui ne date certes pas d’hier, mais s’est vue boostée et reconfigurée par Internet. Après le succès éphémère de sites comme Gemm, Music Stack ou CD&LP, l’échange d’occases s’est concentré sur eBay (désormais très fliqué), puis principalement sur l’incontournable database Discogs. Depuis l’ouverture de sa plateforme de vente il y a cinq ans, le site américain compte désormais 30 % de ven- deurs parmi ses membres, dont un tiers possède une véritable boutique. “C’est une communauté qui s’autorégule, affirme Ron Rich, responsable de leur Marketplace, et puisqu’il ne s’agit pas d’enchères, il n’y a pas d’abus à gérer, si ce n’est des fluctuations sur l’appréciation de l’état des articles (par exemple, ‘comme neuf’ en France sera consi- déré comme ‘très bon état” au Japon).”

Toujours plus précis et basé sur la confiance, Internet a révolutionné le marché, met- tant en relation acheteurs et vendeurs à travers le monde, suscitant des vocations commerciales chez des collectionneurs très pointus, et fixant clairement la valeur des disques selon l’offre et la demande recensées. “Les disques les plus rares ne sont plus en boutique mais sur Internet, explique Victor Kiswell, l’un des trois revendeurs spécialisés et officiels sur Paris, opérant en ligne et en appartement auprès d’une clientèle qui s’est faite au bouche à oreille. Les conséquences sont multiples, comme la baisse de certains disques. Discogs mémorise le prix des ventes, ce qui n’existait pas avant, ça a un effet stabilisateur. Internet est indispensable, Facebook aussi, sur lequel je me dois d’être présent pour créer un peu d’excitation autour de certains disques. Il y a tout un public qui ne va plus en boutique.” En révélant toutes les informations sur un disque et sa rareté établie, Internet réduit également les possibilités de bluff. “Dans une des boutiques dans lesquelles j’ai travaillé, une dame est arrivée avec un bac de vinyles que le gérant lui avait acheté 200 francs, raconte Daniel Dauxerre qui tient le shop d’occasion Contours à Paris. En fait il y avait une mine d’or à l’intérieur, et il le savait. Ce genre de truc n’est plus possible aujourd’hui, les gens se renseignent.” Il s’agit parfois pour ces revendeurs d’être prudents lors de la première mise en vente d’un disque non réper- torié pour ne pas en “griller” la valeur et inciter d’éventuels vendeurs à concurrencer avec un prix plus bas derrière.

Passion et spéculation

C’est le “crate-digging” lui-même (“fouille dans les bacs”) qu’Internet a changé, puisque tout amateur sait désormais immédiatement si tel ou tel disque qu’il a toujours traqué est disponible quelque part. En plus de critères classiques tels que le nombre de copies existantes, l’âge et l’état d’usure, la force de la demande est décu- plée en ligne, particulièrement dans les domaines niches. “Il faut se tenir au fait des rééditions, des compilations, des samples, ou tout simplement d’un artiste qui mentionne une rareté, explique Kiswell. Ça attise la curiosité et ça crée de la demande; ça peut d’ailleurs avoir un côté mercantile pas très joli. Une légende peut se créer autour d’un disque redécouvert trente ans après, alors qu’il ne coûtait rien jusque-là.” D’où une nouvelle spéculation chez des revendeurs qui gardent l’œil ouvert, et raflent pour rien dans des bacs lambda des articles qu’ils pourront revendre plus cher sur le Web. “Ça devient un peu malsain dans les brocantes, raconte Bips Bizzaro, collectionneur aux 9000 disques. Les boutiques ont des rabatteurs, c’est un vrai business, certains n’achètent que pour revendre.” Si l’on connaît encore quelques arnaques (des fausses annonces à un prix élevé pour vendre à un prix plus bas mais supérieur à celui d’origine), Internet a assaini le marché en dégageant les escrocs, mais la traque est d’autant plus féroce aujourd’hui. Par effet de globalisation, ce qui ne se vend pas très cher en France va flamber en Italie ou au Japon, ce dernier étant réputé pour ses collectionneurs et revendeurs les plus pointus. “Avec connaissance et acharnement, on peut faire des coups, explique Digger’s Diggest, autre revendeur pro de Paris dont la clientèle mélange producteurs et amateurs. J’ai déjà revendu en ligne à 100 euros des trucs que j’avais trouvés à 1 euro quelques années avant. Il y a un enjeu désormais. Dans certaines chaînes de magasins d’occase, il y en a qui mettent de côté des pièces dont ils connaissent la vraie valeur. On a même trouvé un amateur qui volait les disques à la Poste !”

Souvent vus comme la couche extrême des amateurs de musique, la plupart des acheteurs ont “entre 35 et 44 ans, nous dit-on chez Discogs, appartiennent à la frange haute de la classe moyenne, sont mariés avec enfants, et viennent des États-Unis, de Grande-Bretagne ou d’Allemagne.” Sur le terrain, on note néanmoins un rajeunissement et une diversification du public. “Le diggage, c’est devenu mainstream, juge avec humour Digger’s Diggest. Les hipsters viennent chiner dans les conventions désormais. Il y a de tout dans ma clientèle, un avocat d’un gros cabinet new-yorkais qui revient régu- lièrement vers moi, j’ai même des mecs des cités qui me demandent des disques de jazz.” Plusieurs témoignent également d’une multiplication des collectionneuses, comme Jasmin Gramophone qui dit “digger inlassablement, nuit et jour. Je ne m’achète rien d’autre, j’ai les mêmes baskets à 3 euros depuis dix ans. Une fois j’ai craqué sur un disque de Luciano Simoncini, acheté 350 euros à un Japonais, on n’est qu’une poignée à l’avoir. C’est vrai qu’il faut être un peu dingue, mais je ne le regretterai jamais, c’est un bijou, un travail d’orfèvre que je garderai toute ma vie.”

Une chasse perpétuelle

Parfois, la collectionnite peut faire perdre le nord à certains, notamment des puristes obsédés par les éditions originales ou par certains pressages. Fred, commercial, est allé jusqu’à l’endettement : “En tombant dans un engrenage, au bout d’un moment tu ne privilégies que ça et tu te fous dans la merde. J’ai chopé le premier pressage d’Electric Ladyland, le premier Velvet dédicacé par Lou Reed, des originaux des Nuggets. C’était une addiction, il fallait que j’y retourne tous les jours et je trouvais toujours quelque chose. C’est du fétichisme, ça relève un peu de la psychiatrie sur le moment.” Généralement, les collectionneurs disent rester raisonnables, et ne pas dépasser un certain prix, par éthique. “Je n’ai jamais pété les plombs, même pour mon groupe préféré, assure Bips. Mais le marché ne changera pas tant que certains seront prêts à tout pour obtenir leur Graal.” Les sommes exorbitantes dépensées par certains sur Discogs s’expliquent, selon Kiswell, par un “délire d’élite toute relative, ce sont des mecs qui font les kings entre eux, c’est un trophée, et aussi une appropriation de l’histoire par l’objet d’origine.”

Heureusement, c’est avant tout la passion musicale qui anime cette perpétuelle chasse au trésor et ce travail archéologique visant à revisiter chaque époque et chaque genre pour en traquer les éléments qui auraient échappé au radar du moment. Scruter les listings de Discogs, c’est retracer l’histoire de la musique, de ses sommets les plus exposés à ses recoins les plus insoupçonnables – une “bibliothèque infinie” comme le pose Digger’s Diggest qui, par exemple, s’est rendu compte de “tous les trésors enfouis que recelait la musique française uniquement en voyant circuler des disques d’occasion”. La fluctuation des cotes révèle aussi l’évolution des goûts et l’émergence de revivals comme celui de la minimal wave ces dernières années, ou de lubies qui se généralisent soudain comme la musique des Antilles. Le haut panier de l’occase se joue sur des disques inconnus du grand public, et certaines niches ne désenflent pas, comme l’indus, l’illustration sonore, le prog italien et certaines B.O. – à l’exception de quelques marottes personnelles, les vrais collectionneurs se remarquent souvent par leur éclectisme. “Il s’agit d’une découverte permanente, de trouver ce disque qui appor- tera une pierre supplémentaire, décrit Kiswell. Mais il devient de plus en plus difficile de dégoter de nouvelles raretés. On a quasiment tout défriché aujourd’hui, 60, 70, 80, on est retourné voir les prémisses du hip-hop, les débuts de la techno. Dans vingt ans, ça sera peut-être les groupes d’indie pop d’aujourd’hui, qui sait.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cubitainer
Pilote
Pilote
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : France

MessageSujet: Re: La cote des disques   Jeu 2 Juil - 8:36

Plus inexplicable, un déséquilibré a acquis pour 750 euros un CD single plutôt atroce de l’actrice Patsy Kensit produit par les Pet Shop Boys.

J'ai effectué des recherches, et il semble que ce soit le cd single promo comprenant
01 I'm Not Scared (Radio Mix) 3:49
02 I'm Not Scared (Long Euro Mix) 7:58
03 I'm Not Scared ("Little" Louie Vega Mix Club Mix) 5:17

Celui-ci : http://www.discogs.com/Eighth-Wonder-Featuring-Patsy-Kensit-Im-Not-Scared/release/842278

Vous observerez les prix indiqués sur la page :
Lowest: €31.61
Median: €69.90
Highest: €775.40


Dernière édition par Cubitainer le Jeu 2 Juil - 9:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cubitainer
Pilote
Pilote
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : France

MessageSujet: Re: La cote des disques   Jeu 2 Juil - 9:02

Arrfff ! J'adore le terme déséquilibré ! Wink
La collection, c'est un peu une forme de folie, il faut le reconnaître : ça peut coûter un bras, et ça tient une place folle...

Un pigeon pouilleux vaut 17 euros http://www.discogs.com/Pet-Shop-Boys-London/release/167249

Un disque multicolore cote 40 euros http://www.discogs.com/Pet-Shop-Boys-Introspective/release/163098

Un zizi bleu pend à 56 euros http://www.discogs.com/Pet-Shop-Boys-Before/release/185952

Un zizi rouge se dresse à 70 euros http://www.discogs.com/Pet-Shop-Boys-Before/release/84341

Deux zizis gigotent à 450 euros http://www.discogs.com/Pet-Shop-Boys-The-Truck-Driver-And-His-Mate/release/160196

J'ignore jusqu'où ça peut monter pour les PSB ?!? Quelqu'un a une idée ?
Le cd de 1997 It Doesn't Often Snow At Christmas est bien placé : 682 euros.

Jusqu'à combien avez-vous mis pour avoir un disque des boys ou autres ? Si vous êtes trop pudiques pour l'avouer, dites que c'est quelqu'un que vous connaissez qui a mis cette somme* (par ex. un pote fan, le cousin Antoine, la grand mère de votre conjoint, votre gardienne d'immeuble, etc.)

*Bah. De toute façon, on saura que c'est vous. Arrfff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farfounet
V.I.P
V.I.P
avatar

Messages : 2515
Date d'inscription : 25/12/2009
Age : 42

MessageSujet: Re: La cote des disques   Jeu 2 Juil - 12:15

Je ne suis pas vraiment collectionneur, loin de là.
De mémoire, le maximum que j’ai dû investir dans un disque des PSB a dû se situer autour des 60-70 euros, pour Very/Relentless et pour l’édition japonaise de Behaviour.

Mais c’est clair qu’Internet a complètement déséquilibré le marché du disque d’occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cubitainer
Pilote
Pilote
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : France

MessageSujet: Re: La cote des disques   Ven 3 Juil - 7:31

Farfounet a écrit:
Je ne suis pas vraiment collectionneur, loin de là.
De mémoire, le maximum que j’ai dû investir dans un disque des PSB a dû se situer autour des 60-70 euros, pour Very/Relentless et pour l’édition japonaise de Behaviour.

Mais c’est clair qu’Internet a complètement déséquilibré le marché du disque d’occasion.

Tu es donc parvenu à faire l'acquisition de quelques trucs un peu plus rares que les pressages conventionnels sans casser ta tirelire. Smile

J'ai deux exemplaires du Very/Relentless, dont une encore scellée. Ce n'est pas la seule fois où j'ai acheté un disque en doublon.

A l'époque des boutiques physiques, certains remixes étaient un peu chers, notamment dans certains magasins qui avaient bonne réputation et qui offraient du choix.
Et puis l'internet a multiplié les offres et la cote des disques conventionnels s'est effondrée car les disquaires physiques ont mordu la poussière.

Par contre celle des pressages plus rares est assez variable.
J'ai connu un fan de Mylène Farmer qui, sur eBay, parvenait à acquérir des raretés à des prix plus intéressants que les disquaires physiques : Les boutiques affichaient certains M45T à au moins 150 euros ; Avec les enchères, il parvenait à les toucher à quelques dizaines d'euros.
Il faisait cela intelligemment, en ne renchérissant qu'à la dernière minute. Il a ainsi complété sa collection sans dépenser des sommes folles.

Pour ma part, je n'ai jamais acheté aux enchères.
J'ai collectionné les Boys quasiment dès le début et j'ai donc fait l'acquisition des produits au fur et à mesure de leur sortie, hormis pour ceux que je ne trouvais pas.

Par exemple, mon disquaire m'avait réservé le Relentless triple vinyle promo.
Il me l'a vendu 300 F (45 euros).
A présent, ce pressage limité à 500 exemplaires s'est vendu sur Discogs entre 70 et 199 euros
http://www.discogs.com/Pet-Shop-Boys-Relentless/release/221162

Mais cet exemple fait partie des exceptions car c'est une rareté qui possède une belle esthétique.
En ce qui concerne les pressages conventionnels, ceux-ci valent généralement moins cher que le prix officiel lors de leur sortie.
Il faut prendre en considération leur état. Bon nombre ont beaucoup tourné et ont été manipulés sans précautions.
A présent, les produits décotent très rapidement après leur sortie. C'est valable pour la musique et pour les films. Si on attend un peu, on touche un produit neuf pour pas cher.
Pour les éditions limitées, c'est une autre histoire car on ne peut guère se permettre d'attendre.

En ce moment, il semblerait que nos Animaliers soient en train de remettre le nez sur d'anciens titres et remixes. On peut donc penser qu'ils vont peut-être nous les sortir remasterisés, et peut-être même bosser dessus afin de nous offrir des remixes inédits... qui sait ?
Cela me plairait bien, à condition de ne pas nous présenter des remixes trop bizarres qui soient imbuvables.

Et mes mp3, combien valent-ils ? Arrfff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chercheur
Pilote
Pilote
avatar

Messages : 326
Date d'inscription : 26/02/2010
Age : 46
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: La cote des disques   Mar 28 Juil - 15:01

J'en viens à la conclusion que même si je dispose de "It doesn't often snow at christmas" je ne deviendrai pas riche !
J'ai pas mal de chouettes "pièces" dans ma collection mais je pourrais tout racheter sur discogs pour quelques centaines d'euros....bien moins que cela m'en a couté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cubitainer
Pilote
Pilote
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : France

MessageSujet: Re: La cote des disques   Mar 28 Juil - 21:13

chercheur a écrit:
J'en viens à la conclusion que même si je dispose de "It doesn't often snow at christmas" je ne deviendrai pas riche !
J'ai pas mal de chouettes "pièces" dans ma collection mais je pourrais tout racheter sur discogs pour quelques centaines d'euros....bien moins que cela m'en a couté !

Sur Discogs http://www.discogs.com/Pet-Shop-Boys-It-Doesnt-Often-Snow-At-Christmas/release/412107 on voit que les prix de vente de ton disque débutent à 170 Euros.
C'est plutôt incohérent si on observe l'exemplaire déjà vendu qui a été cédé à 682 Euros. Quel est cet écart monumental de prix ? S'agit-il d'une vente aux enchères ? Bizarre.
On pourra dire qu'un déséquilibré a acquis It Doesn't Snow At Christmas pour cette coquette somme ! Wink C'était surtout Noël pour le vendeur.
C'est plutôt joli, d'autant plus que ce pressage a été offert aux adhérents du fan club. Tout bénef...
Pour s'enrichir, il faut investir ailleurs, acheter une Ferrari bien rare, ou trouver autre chose.
Je pense toutefois que les fans ont fait l'acquisition de leurs disques pour leur plaisir personnel uniquement. Mais cela fait plaisir quand on sait que certains produits valent largement leur poids en cacahuètes...
Tu estimes que tu as perdu de l'argent. A présent tes disques ont généralement moins de valeur. C'est notre lot à tous, mais c'est le privilège de pouvoir écouter ces morceaux au moment opportun, le plus tôt possible. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fredot
V.I.P
V.I.P
avatar

Messages : 843
Date d'inscription : 26/12/2009
Age : 51
Localisation : Montpellier

MessageSujet: Re: La cote des disques   Mer 29 Juil - 9:34

J'ai discuté avec un vendeur de disques d'occasion qui a une boutique à Toulouse qui m'a confirmé qu'il regardait énormément sur discogs pour coter ses disques à la vente.
Il y a des facteurs qui font qu'un disque vaut plus ou moins cher :
- la côte du groupe
- l'état du disque (pour un vinyle)
- l'état de la pochette

Paradoxalement c'est plutôt les disques vinyles des années 90 qui côtent le plus, à une époque où on était dans le tout CD !!

Chez moi le disque le plus rare et le plus cher est bizarrement un 45T de The Cure que j'ai vu à 990 € sur discog !!! Il s'agit d'un promo sorti uniquement en france du titre Shake dog Shake

J'ai récemment acheté plein de vinyles des PSB en boutique à des prix vraiment dérisoires (entre 2 et 10 euros) certains dans des états impeccables !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cubitainer
Pilote
Pilote
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : France

MessageSujet: Re: La cote des disques   Mer 29 Juil - 11:04

fredot a écrit:
...Chez moi le disque le plus rare et le plus cher est bizarrement un 45T de The Cure que j'ai vu à 990 € sur discog !!! Il s'agit d'un promo sorti uniquement en france du titre Shake dog Shake

C'est celui-ci ? http://www.discogs.com/Cure-Shake-Dog-Shake/release/1469870
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fredot
V.I.P
V.I.P
avatar

Messages : 843
Date d'inscription : 26/12/2009
Age : 51
Localisation : Montpellier

MessageSujet: Re: La cote des disques   Mer 29 Juil - 12:02

Cubitainer a écrit:
fredot a écrit:
...Chez moi le disque le plus rare et le plus cher est bizarrement un 45T de The Cure que j'ai vu à 990 € sur discog !!! Il s'agit d'un promo sorti uniquement en france du titre Shake dog Shake

C'est celui-ci ? http://www.discogs.com/Cure-Shake-Dog-Shake/release/1469870


Oui c'est celui-là !
Enfin le mien je ne le vendrais pas ce prix là, parce que j'ai pas la même pochette mais juste le truc promo de Polydor !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cubitainer
Pilote
Pilote
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : France

MessageSujet: Re: La cote des disques   Jeu 30 Juil - 7:29

Citation :
Oui c'est celui-là !
Enfin le mien je ne le vendrais pas ce prix là, parce que j'ai pas la même pochette mais juste le truc promo de Polydor !

Les deux titres ne sont pas des raretés car ce pressage est un promo de l'album "The Top" et ils se trouvent dessus en première et dernière piste.
http://www.discogs.com/master/view/21069
Ce sont visiblement les mêmes versions des morceaux, pas de mixage inédit.
La pochette est assez semblable à celle du LP, rien d'extravagant.
L'intérêt des fans doit se trouver ailleurs... Apparemment c'est la rareté qui les attire car il est limité à 300 exemplaires environ, pressage français.
A moins que ces titres aient un intérêt particulier pour les fans. Je l'ignore, je ne suis pas spécialiste de ce groupe.
A mon goût, leur meilleur album est Disintegration http://www.discogs.com/Cure-Disintegration/master/31755
Bien prenant, très lancinant et interminable du fait des versions longues, tourmenté à souhait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fredot
V.I.P
V.I.P
avatar

Messages : 843
Date d'inscription : 26/12/2009
Age : 51
Localisation : Montpellier

MessageSujet: Re: La cote des disques   Jeu 30 Juil - 9:40

Cubitainer a écrit:
Citation :
Oui c'est celui-là !
Enfin le mien je ne le vendrais pas ce prix là, parce que j'ai pas la même pochette mais juste le truc promo de Polydor !

Les deux titres ne sont pas des raretés car ce pressage est un promo de l'album "The Top" et ils se trouvent dessus en première et dernière piste.
http://www.discogs.com/master/view/21069
Ce sont visiblement les mêmes versions des morceaux, pas de mixage inédit.
La pochette est assez semblable à celle du LP, rien d'extravagant.
L'intérêt des fans doit se trouver ailleurs... Apparemment c'est la rareté qui les attire car il est limité à 300 exemplaires environ, pressage français.
A moins que ces titres aient un intérêt particulier pour les fans. Je l'ignore, je ne suis pas spécialiste de ce groupe.
A mon goût, leur meilleur album est Disintegration http://www.discogs.com/Cure-Disintegration/master/31755
Bien prenant, très lancinant et interminable du fait des versions longues, tourmenté à souhait.

Je pense que le seul intérêt est la rareté du disque, car il n'est sorti qu'en promo en France avant que ce soit Caterpillar qui soit choisi ... mais (ça fait longtemps que je ne l'ai pas écouté) il me semble que ce sont effectivement les mêmes versions que sur l'album ...
J'avais du le payer 5 francs à l'époque :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La cote des disques   

Revenir en haut Aller en bas
 
La cote des disques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pet Shop Boys in Paris :: >>OPEN BAR :: Discussion hors PET SHOP BOYS-
Sauter vers: